AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elora Elanor Wish
Into my World
Into my World
Elora Elanor Wish

Messages : 100
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 25
Humeur : Come On, Elanor, Come On !


Identity .
R.I.P.:
Relationship .:
Character Sheet.:

Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia} Vide
MessageSujet: Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia}   Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia} Icon_minitimeJeu 12 Nov - 20:28

{ Présentation de Elora Elanor WISH } *



Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia} Image_11



__ Tell me yourself *



Nom ; Wish
Prénom ; Elora Elanor
Surnom ; Elora : Lo
Elanor : Nora
Âge ; Sixteen years old
Origine ; Celte (Irlandaise)
Préférence Sexuelle ; Non définit à ce jour.
Métier(s), Emploi(s) ; Tripoteuse de peluche, accessoirement Schizophrène.


__
About you *



Caractère ;
« Dit Elora, pourquoi sommes nous si différentes tout en étant si proches ? »


Malgré la similitude entre Elora et Elanor, on ne peut décrire leurs caractères ensemble. Caractériellement, c’est opposé le feu et l’eau, le chaud et le froid. Alors, fouillons dans leurs esprits, pour comprendre ce qui peut définir Elora et ce qui l’éloigne d’Elanor.


TIMIDE – GENTILLE – TETUE – COURAGEUSE – TERRIFIEE – DEPRESSIVE – SCHIZOPHRENE


Elora : Tout d’abords, Elora n’est pas capable de faire du mal à une mouche. En faite, elle serait bien incapable de blesser, physiquement et moralement, qui que ce soit sur cette petite planète ; ses épaules ne sont pas assez large pour supporter cette culpabilité qui la boufferait petit à petit, lui brisant peu à peu chaque membres, l’empêchant d’avancé pour oublier, ou pour s’échapper. Est-ce la lâcheté qui l’empêche d’être mauvaise ? Non, ça serait trop simple. Elora est forte, courageuse et tenace. Mais assumer deux personnalités, deux personnes différentes à l’intérieur d’elle-même l’handicape fortement, car sa volonté est « amoindrit » par la présence d’Elanor qui elle n’as pas « peur » de faire tout ça. En d’autre terme, elle se repose sur sa « jumelle » pour les tâches ingrates. De la lâcheté parce qu’elle est fatiguée. Personne ne pourrait lui en vouloir, Elanor elle-même ne lui en veut pas ; elle a tenue debout jusque là, ce qui prouve que ce n’est pas vraiment de la lâcheté, juste une grande fatigue qui lui coule la tête sous l’eau.
Hormis sa gentillesse débordante qui l’empêche de faire du mal, Elora est excessivement têtue. S’il existait quelque chose de plus fort que « têtue », Elora serait sûrement la première personne que l’on citerait. Elle ne lâche jamais une idée, une pensée, ou même un but ; et aussi elle se borne à tout va, parfois sans raison. Cependant, elle n’en est pas chiante pour autant, au contraire ; elle croit dure comme fer à ce qu’elle pense, ressent, ce qui la rend plus ou moins attachante car, sans faire de mal à quelqu’un d ‘autre qu’à elle-même, elle se plonge dans ses « combats ». Cela plaît à certains, mais pas à d’autre, l’être humain est compliqué.
Elora a aussi pas mal de phobies. En tout genre ; insectes, noir, claustrophobie … Pourtant, ces petites détails ne se remarque que très peu, car elle prend énormément sur elle pour le cacher dans les cas où cela arrive. Des signes sont visibles pourtant ; souvent, c’est qu’elle tremble très légèrement ou qu’elle se mord la lèvre inférieure nerveusement. Elle n’en reste pas moins courageuse. Elora aime les autres personnes sur cette planète, mais d’un amour étrange. Parfois possessif, et elle pensera que le meilleur pour eux c’est de mourir pour ne pas souffrir ou un amour plus « normal » où elle pense que ces gens seront plus heureux sans elle. Elle n’a jamais « aimé » d’amour, car elle ne sait pas ce que c’est. Ses parents l’aimaient, elle le savait, cependant elle n’a jamais comprit comment faire pour aimer à son tour. Peut être ne le saura-t-elle jamais …
Pour finir, Elora est assez lunatique en elle-même. Elle passe assez facilement de la joie à la colère (Modéré bien sur, sinon c’est Elanor qui prend la relève), et de la colère à la tristesse. Elle est très instable, et ne sait jamais ce qu’il faudrait faire. Elle savait, mais ne le sait plus depuis longtemps, ce qui a aussi corrompu sa vision de mal et du bien, qu’elle ne peut pas différencier. Elle sait juste que la violence c’est « mal », mais elle a oublié le reste, complètement, depuis son premier « accident » …

SADIQUE – FOLLE – TERRIFIANTE – MECHANTE – IMPULSIVE – PROTECTRICE – SCHIZOPHRENE


Elanor : Elanor est parfois caractérisée comme « La source du mal » ou « Le mal » en personne. Elanor est le pôle opposé d’Elora, son double malfaisant comme certains s’amusent à dire. Ce serait mentir de dire qu’ils ont tords. Et d’ailleurs, il n’y a pas grand-chose à savoir sur Elanor ; elle aime la violence, le sang, la vengeance, elle est foncièrement sadique et impulsive, et elle aime torturer tout ce qui bouge, autant physiquement que mentalement. Elora est la seule à la « retenir » faisant parfois de son inconscient un supplice pour éviter qu’Elanor « sorte ». Tout ce qui est « mauvais » la fait jubiler ; quand elle menace les parents d’Elora, quand elle torture les animaux des voisins, quand elle rôde dans les rues la nuit en agressant le malheureux passant qui aurait eux la malchance de tomber sur elle, courir après les enfants en brandissant un hachoir rouillé dans une poubelle … Tant de chose qui font d’elle un « monstre », un « déchet », quelque chose qui vous répugne rien qu’a en entendre parler, et la voir vous donne la nausée et l’envie de vomir sur vos magnifiques nouvelles chaussures. Pourtant, Elanor a un seul bon côté. Elle est une très grande protectrice et d’une prudence terrifiante pour Elora. Elle la considère comme le seul être qui mérite de vivre sur cette planète qu’elle trouve plus pourri qu’un trou moisis, rempli de déchet dans un égout, c’est dire. Et elle en pense de même pour tout être humains vivants. Elle aime aussi les animaux, comme Elora, sûrement l’influence qu’elle a sur sa deuxième personnalité. Cependant, Elanor ne considère pas Elora comme une autre conscience ou personnalité, mais comme sa sœur ; et inversement pour Elora. Elle se complète, elle se protège, et grâce à Elanor, Elora a moins peur des autres, car elle peut se venger, et en même temps satisfaire l’envie de chair et de sang de sa sœur bien aimée.

Style Vestimentaire ;
« Do not judge a book by its cover … Because we are crazy »


Que dire sur le style vestimentaire de ces deux là ? Simplement que leur placard doit ressembler à une bombe prête à exploser.
Elora s’habille plus souvent de robe, jupe, short légers ou légères, dans les tons pastels voir assez clair. Pourtant, elle ne refuse pas de porter de temps en temps des pantalons, de gros pulls en laine qu’elle affectionne tout particulièrement, ou même des sweats à capuche car elle trouve ça tout mignon.
Elanor s’habille d’une façon très similaire, mais plus dans les tons sombre, pour être discrète et aussi parce que cela se rapproche plus de son caractère. Pourtant, il lui arrive parfois de s’habiller avec des choses sombre mais mignonne ; sa différence avec Elora c’est qu’elle préfère les pantalons, plus pratique lors de ses « sorties » ou « balades » en pleine nuit. Mais elle ne dit pas non à une jolie jupe un peu étrange.

Physique ;
« Beauty is a Mask, not the Evil »


Le corps d’Elora et d’Elanor est, heureusement, le même pour les deux. Il arrive parfois que l’une des deux petites s’imagine qu’il change en fonction de la « présence » d’une des deux, mais l’imagination reste de l’imagination.
D’abords, Elora n’est pas très grande. 1m65 au plus, et encore, elle en reste pas moins assez visible, et sa petite taille lui plaît car elle paraît plus « mignonne » ainsi que si elle était une grande perche d’1m80. Ses jambes et ses bras sont menus et élancés, ce qui n’est pas souvent pratique lors des bagarres, combats et autres moment de défense ou d’attaque ; cependant ses nombreux problèmes de fatigue et/ou d’alimentation ont fait de ces petiotes une fille relativement maigrelette. Sa poitrine n’est pas énorme sans non plus être plate, les dernières estimations seraient du 95B. Des longs doigts fins se dressent sur ses mains, qu’elles rongent plus souvent que l’on ne le croit en les voyant.

Passons au visage ; un visage fin, légèrement pointu au menton et très très pâle. Elle ne bronze pas facilement et le taux de fréquentation à l’extérieur n’est pas assez élevé pour que sa couleur de peau prenne … Un peu de couleur, justement. Haha. Il semblerait que sa pigmentation se soit échappée il y a bien longtemps. De grand yeux bleus, qui, lors des apparitions d’Elanor tournent aux rouges. Beaucoup pensent que c’est parce qu’elle porte des lentilles à ses moments là, mais Elanor et Elora assurent que c’est naturel ; à prouver donc. Quoi qu’il en soit, rouges ou bleus ses yeux n’en restent pas moins brillants, intenses et captivants. Ses lèvres, minces et fines lui donne un air angélique, qui disparait quand Elanor « prend possession » du corps d’Elora ; elle se maquille énormément et ses lèvres deviennent donc plus « provocantes ». Ses yeux aussi d’ailleurs. Mais passons, cela à peu d’importance. Les cheveux d’Elora sont aussi très … Etrange. Entre blond très clair et blanc –Plus souvent blanc-, les pointes de ses cheveux sont teintes en violet plutôt clair, ce qui lui donne un air un peu « déjanté » en contradiction avec le reste de son être. D’ailleurs, quand Elora en parle, elle dit que ses pointes sont rouges lorsque c’est Elanor qui prend sa place. Encore le fruit de l’imagination des deux enfants. Longs jusqu'à la poitrine avec une frange discrète, elle les laisse relâchés le plus souvent. Petite lubies ; Elora et Elanor adorent se mettre du vernis à ongle. Allez savoir pourquoi.

Signe particulier ; Elle a des mèches violettes aux pointes de ses cheveux.


__ Others *



Objet fétiche ; Candy, son lapin blanc en peluche et Skull son ours noir en peluche.
A propos de lui ; Elora parle en dormant, elle parle à Elanor. Ou vice-versa.


__ You & Meh *



Prénom, Surnom ? : Aleson, ou Laëtitia comme vous préférez
Age ? : 16 ans

Comment avez-vous trouvé le forum ? : Par une des Admin tiens donc !
Comment trouvez-vous le forum ? : Vraiment trop beau ça me dégoûte presque tellement il est beau ! *S’en mange une*
Pourquoi y êtes-vous inscrit ? : Parce que le concept me plaît, et parce que j’ai toujours trouvé qu’Alice aux Pays des Merveilles était plus flippant comme un délire de drogué/paranoïaque/psychopathe [Rayez les mentions inutiles] mais tout de moins attirant, que beau et magnifique comme dans Disney.
Taux de connectivité ? : Euh … 5/6 jours sur 7 ?
Un p'tit mot ? : NON JE SUIS PAS (trop) SCHIZO EN VRAI ! :P
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elora Elanor Wish
Into my World
Into my World
Elora Elanor Wish

Messages : 100
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 25
Humeur : Come On, Elanor, Come On !


Identity .
R.I.P.:
Relationship .:
Character Sheet.:

Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia} Vide
MessageSujet: Re: Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia}   Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia} Icon_minitimeJeu 12 Nov - 20:49

__ Don’t forget the past *



Histoire
;

Let me tell you this story … Story of Two little girls, Two sisters, Two spirits; a body for Two.
Welcome in Schizophrenia, Little Girl, Little Boy.



First : Baby Time


Beaucoup pense que la Schizophrénie est une “maladie”, une tare qui apparaît ou se déclenche après soit ; un traumatisme quelconque (Les parents savaient bien que vous laissez avec cet Oncle que vous n’aviez jamais rencontré était une mauvaise idée, ils auraient dû écouter les rumeurs sur lui et les enfants de son voisin …), un choc émotionnelle (Mais qu’elle idée de traverser sur un passage piéton ! C’est normal que ce camionneur ivre mort ait percuté le père …), ou même un problème cérébrale survenu après un accident (C’est normal, elle ne pouvait pas savoir que tomber du 3ème étage pouvait être dangereux la pauvre …) et j’en passe.

Pourtant la Schizophrénie peut être aussi présente depuis la naissance, ou alors très peu après, le temps que l’esprit se « réveille ». Et de ce moment là, il est trop tard ; ce serait comme essayer de vous arracher les yeux pour ne plus avoir mal, c’est idiot et inutile car vous ne verrez plus. Essayez d’enlever la Schizophrénie à un Schizophrène, il meurt. C’est sa folie, une de ses véritables raisons de vivre ; c’est douloureux, mais retirer cette douleur le perdrait, ses repères s’effondreraient, et le seul échappatoire, pour eux, est la mort. Et c’est ainsi, jusqu’à leur mort « naturel ». Notre cas ici s’appelle Elora, Elora Elanor Wish. Une jeune Schizophrène, depuis son enfance, depuis le moment où son petit cœur s’est mit à battre tout seul, où ses poumons ont respirés pour la première fois, et où elle cria pour la première fois. Un cri angoissant, terrifiant, qui n’avait rien d’humain, rien de mignon, et surtout ... Rien d’heureux.

Tout le monde sait que l’enfant qui a été mis au monde n’est pas Elora, mais Elanor. Un monstre. Oui, on peut le dire, un vrai monstre. Oh bien sûr, quand Elora était encore un tout jeune nourrisson, cela ne se voyait pas encore, ou alors si peu … Des cris terribles, elle ne mangeait jamais, se laissant mourir de faim exprès, comme si cela l’amusait de voir ses jeunes parents souffrir déjà car leur fille dépérissait à vu d’œil peu après sa naissance … Cela dura quelques semaines, voir un mois ou deux. Elanor était celle venu à la vie, et Elora n’était que son autre personnalité, calme et douce. Mais ses parents ne l’on jamais admit et ne l’admettrons jamais. Au bout de ces deux mois, la jeune fille changea radicalement de comportement. Elle ne criait plus, mangeait correctement, et elle s’éveillait même très rapidement comparé aux autres nourrissons. Elora était « née ». Il lui fallu peu de temps, mais ce changement n’apporta aucune suspicion ou inquiétude aux parents, bien au contraire, ils étaient ravis de pouvoir dormir sur leurs deux oreilles. Les naïfs. De ce jours, le comportement d’Elora changeait continuellement ; elle pouvait rester des semaines « normale » puis changer du tout au tout, pendant un temps indéfinis mais généralement soit très long, soit très court. C’était un véritable enfer pour ses parents, qui ne savaient plus sur qu’elle pied danser et quoi faire face à cette situation qui semblait dans une impasse totale. Elanor semblait se réjouir de tout cela, alors qu’Elora affichait une expression typique des bébés, c’est-à-dire comme si le monde autour d’eux semblait immense et infranchissable, voir indescriptible.

Elora avait un an. Tout juste un an. Comme « cadeau », ses parents l’emmenèrent chez un psychologue pour enfant, comme un pédiatre mais pour la tête, le cerveau, et annoncé aux jeunes parents « Félicitation, votre enfant est fou ! ». C’est ce genre de personne qu’il faudrait considérer comme fou, fou à liée de vouloir déjà mettre un « poids » sur les épaules d’un couple et d’une enfant qui sait à peine marcher. Ce jour, Elora ne s’en souvient pas ; Elanor, elle, prétend que si. Sa particularité est que, lors du « sommeil » d’une des deux, celle en sommeil voit et entend tout ce qu’il se passe autour d’elle, même si elle ne peut réagir ; et surtout, elle s’en souvient toujours. Enfin, c’est ce qu’elles prétendent … Ce jour là, ses parents étaient très fatigués. Son père avait bien faillit quitter la route avec sa voiture plusieurs fois, ses yeux se fermant tout seuls, et les cernes en dessous témoignaient de sa fatigue, de sa lassitude face à la situation. Sa mère, elle, se rongeait constamment les ongles, comme angoissée. Je retire, elle était angoissée. Elle regardait dehors, comme si elle rêvait d’ouvrir la portière et partir en courant, loin de tout ça. Mais ses larmes la faisaient rester, et la douleur qu’elle éprouverait en laissant son mari et sa fille derrière n’était pas surmontable.

Le trajet semblait long mais ceci est normal quand on est un bébé. Le psy/pédiatre était un homme assez âgé, plutôt maigrelet et taillé dans un costard sombre, typique des enterrements. On ne pouvait qu’être joyeux et plein d’entrain en voyant ce personnage. Ses parents et lui parlèrent longtemps, en chuchotant comme si ils avaient peur que Elora les entende ; mais la petite dormait presque, trop jeune pour comprendre pourquoi elle était ici et pourquoi cet homme qui lui était inconnu la regardait ainsi, comme si il avait peur d’elle. Ce n’est qu’une enfant. Puis, il l’observa, la fit réagir à différente chose et essaya de lui faire peur. Il criait, hurlait, tapant près de son visage comme si il allait la toucher, mais Elora se mit simplement à pleurer. Elanor dormait profondément, tellement profondément qu’elle « n’entendit » rien. Rien de rien. Et Elora pleurait. C’était un bébé, et elle avait une « tare », un « problème » qu’elle ne contrôlait pas encore. Et à cause de ça, sa vie sera ruinée, elle sera considérée comme une attardée ou une personne dangereuse, et folle, complètement folle. La folie est la faute des fous, ce n’est jamais celle des autres.


Two : Child Time


De ses 1 ans à ses 6 ans, Elora fût suivit par le même psychologue, l’espèce de croque-mort joyeux qui l’observait toujours d’un œil flippant, inquiet et terrifié à la fois. Quand elle fût en âge de parler un peu, il tentait de lui poser des questions, diverses, parfois trop compliqué pour qu’elle puisse comprendre. Il s’était peu de fois confronté à Elanor, car elle aimait le voir tourner en rond en essayant de démontrer qu’elles étaient folles. Oh bien sûr il avait déjà fait un diagnostique ; Schizophrénie paranoïde, pseudo-névrotique et pseudo-psychopathique. La voilà classée dans un dossier pour le reste de sa vie, avec un nom de maladie qu’elle trouvera beau au fur et à mesure du temps. Ses « thérapies », à part la terrifiée, n’arrangeait absolument rien ; son comportement allait de l’une à l’autre sans cesse, ses parents s’engueulaient nuits et jours pour trouver une solution, car vivre ainsi n’était plus vivable. Mais ils s’accrochaient, tant bien que mal, car ils aimaient leur fille, leur unique fille. Il est rare de voir des gens s’accrocher ainsi à des êtres dit « ratés » car « déficients » mentalement. Elle en était même dangereuse et c’est bien entendu ses parents qui en ont fait, le plus souvent, les frais. A deux ans Elanor s’amusait à lancer ses couverts sur sa mère pour la blesser, renverser des objets pour mettre le chaos dans la maison ; à trois ans elle piquait des objets de valeur et les brisaient sous le nez de ses parents, elle attaquait son père avec ses couverts en lui courant après et en hurlant comme une dingue, et surtout elle piégeait souvent les escaliers de chez elle pour les rendre glissants et mortels. Et plus les années passaient, plus Elanor s’amusait à apparaître aux pires moments ; lors de disputes, lors des rares sorties que faisait Elora à l’extérieur, quand elle était seule … Car, même à cinq ans elle connaissait déjà l’automutilation, à un niveau différent de ce qu’on peut y penser. Se frapper la tête contre les murs, se jeter au sol pour se briser les membres, tant de choses horribles qui terrifiaient ses parents et Elora. Elle ne pouvait pas encore comprendre ce qu’il se passait, et elle en avait peur. Son psy lui faisait peur. Ses parents. Tout. Elle se faisait peur à elle-même. Et n’est-ce pas l’une des pires choses que d’avoir peur de son propre être ?


Three : Child Time n°2


« Bonjour, moi c’est Elora, j’ai 6 ans, et je suis schizophrène. »

Des lignes maladroites sur un cahier propre. C’était la première phrase que couchait Elora sur papier dans ce cahier, qui la suivra jusqu’au bout, ou tout du moins jusqu’au bout de ses feuilles. Son écriture était petite, un peu tremblante et maladroite. Elle était en première année de primaire, et elle fréquentait une classe « anormale ». Des gens dites « comme elle », qui avaient « des problèmes » ou qui les ont toujours. Elle en avait peur. Elle avait peur des autres ; certains lui parlaient de conspirations, d’autres hurlaient à la mort en jetant des choses, et certains restaient dans leur coin et quand, par malheur, quelqu’un venait à leur parler, l’un d’entre eux se jetait sur la dites-personne et essayait de lui arracher les cheveux, les bras … Elora restait aussi dans son coin, et elle ne répondait jamais quand on lui parlait. Tout était dangereux ici, et elle ne savait pas pourquoi ses parents l’avaient forcé à venir dans cette endroit sombre et étrange. Son psy lui avait dit, lors de sa dernière séance, qu’écrire lui ferait du bien. Pourquoi l’avait-elle écouté cette fois-ci, elle ne sait pas. Il lui avait dit qu’elle pourrait, de cette façon, communiquer avec son « autre elle ». Elanor n’avait pas encore de nom à l’époque, c’était juste « l’autre ». Alors elle écrivait. Elle voulait aussi la connaître, comprendre, apprendre. Un an, elle resta seulement un an dans cet endroit, cette école « spéciale ». C’était un matin, et elle s’en souvient encore aujourd’hui. Ou Elanor, en tout cas.

Ce jour là, il pleuvait. Elle ne voulait pas retourné là bas, il faisait si froid. Et chaque matin c’était la même chose ; Elora criait, hurlait à s’en déchirer la gorge et les poumons, elle gesticulait en espérant que son père accepterait de la lâcher en comprenant la peur qu’elle pouvait ressentir. Mais rien n’y fit, il se contentait de soupirer en attendant qu’elle se calme. Sa mère et son père pensaient que, ces matins là, c’était Elanor qui se manifestait, mais comment pouvait-elle « prouver » que c’était bien elle, Elora ? Elle ne savait déjà presque plus qui était qui dans son esprit, dans ce corps trop serré pour deux. Comme d’habitude, elle monta dans la voiture de ses parents, contrainte et forcée. Elle regardait le paysage en souhaitant très fort que la voiture, que la route, que l’univers s’arrête. Que le temps ne se remette jamais en marche, et qu’elle puisse sortir de cet enfer. Ses parents la laissèrent seule, devant l’école. Elle songeait à s’enfuir, mais un des « maîtres » l’attrapa avant qu’elle ne puisse élaborer un plan. Elle était fatiguée, Elora, de devoir subir ces gens qui étaient –De tout évidence- complètement différent d’elle. Elle en avait marre, Elora, de devoir faire sa crise chaque matin et de savoir que de toute façon, elle verrait ses parents partir au loin comme si cela leurs importaient peu. Elle a craqué, Elora, quand un des mômes s’est jeté sur elle en hurlant. Il était trop tard. Elanor s’était réveillée.

Elora se rappelle qu’elle a vu le jeune garçon se jeté sur elle. Elle se souvient d’avoir levé ses bras pour se protéger le visage. Puis le trou noir. Comme si souvent. Seulement son réveil fût très différent des autres. Elle se trouvait debout, la tête droite, et elle voyait les autres enfants et les maîtres la regarder d’un air effrayé, comme si un monstre hideux se tenait devant eux. Elle baissa la tête lentement, et ce qu’elle vit la fit s’écrouler au sol. Le jeune garçon qui s’était jeté sur elle hurlait, à la mort. Son bras gauche était arraché et broyé un peu plus loin, et une flaque de sang se rependait jusqu’aux pieds d’Elora. Elle sentait une nausée qui montait pour finir par vomir sans pouvoir s’arrêter. Le sang continuait de gagner sur terrain, pour au final imbiber ses vêtements jusqu’au niveau de la taille, assise accroupie dans la flaque. Elle ne faisait pas attention à l’arriver des pompiers, polices, parents … Elle n’entendait plus rien et continuait de trembler, vomir par à coup, et d’avoir des spasmes. Qu’elle horreur, pour une enfant de 7 ans, d’assister à un carnage pareil. Son propre carnage. Au bout d’un certain moment, elle entendit une voix, dans sa tête, au loin. Elle leva les yeux, vit une ombre et s’évanouit. C’était à nouveau le noir complet.

« Aujourd’hui, j’ai presque tué Ed. Il s’est jeté sur moi, j’ai eux peur. Pis il faisait noir. Et quand j’ai ouverts les yeux, il saignait de partout. J’ai vomis mais la maîtresse m’as rien dit. Pis j’ai vu du sang sur moi, et après je suis tombé. Il faisait noir. Et dans l’noir, y’avais Elanor. Elle m’a dit qu’elle était « l’autre ». Comme moi mais pas pareil. Elanor c’est un beau prénom. Je crois que je l’aime déjà. »

Elle fera son cahier d’une main. Elle avait finit dans un hôpital pour être soigner, réalimenter correctement, et surtout qu’elle oublie tout ça. On classa l’affaire très vite, elle avait cherché à se défendre et sa « maladie » avait prit le dessus. Fin de l’histoire. Le jeune garçon ? Elle ne su jamais ce qu’il devenu.

Four : Child Time n°3

« Aujourd’hui, j’ai appris que je vais aller à l’école, mais une vraie ! Une comme pour moi. Je suis déjà contente d’y aller. J’ai hâte. »
-Elora, 7 an et demi, Mai XXXX.

Depuis l’accident, Elora intégra une école normale. Le médecin expliqua à ses parents que l’environnement n’avait eux comme conséquence que de la replonger dans ses tranchés, dans sa folie. Un fou entouré par des fous reste fou. Un fou entouré par des êtres normaux touchera la limite du normal.

Son école était belle ; un ancien bâtiment entièrement refait à neuf, la façade blanche, légèrement beige, attirait l’œil. La cours était grande, en bêton mais les arbres touffus qui étaient présent rendaient le tout un peu plus « verdoyant ». Elle rencontra la Directrice, une jeune femme qui avait l’air jeune comparé à ses parents (Etait-ce l’inquiétude qui avait fait naître cet air sur leur visage ? Elle ne sû jamais). Elle intégra une classe de son niveau, en seconde année de primaire, même si la fin d’année arrivait et qu’elle avait manqué au moins 6 bons mois de cours.

« Aujourd’hui, j’ai enfin finis de tout rattraper. Je pourrais passer en troisième année comme les autres ! J’adore ma maîtresse, elle m’a tout faite rattraper en seulement deux mois. Je l’aime beaucoup. »
-Elora, 7 ans ¾, Septembre XXXX

Les années passèrent. Elle entra dans sa classe de troisième année, et elle se fit des amis en moins de quelques semaines. Une jeune fille aux cheveux blonds et bouclés, et deux garçons jumeaux un peu casse-cou. Ils ne savaient pas pour Elanor, et Elora lui avait demandé de ne pas se manifester quand ils étaient là. Lors de ses rêves, elle lui parlait, elle discutait avec elle ; et lors de certaines crises (Qui étaient encore assez fréquentes) elle tombait dans un sommeil profond où elle se retrouvait à ses côté. La sœur qu’elle n’a pas eut et qu’elle n’aura jamais. Elanor ne voulait que le bien d’Elora. Les crises, les mutilations, c’était pour la « réveiller », pour lui faire prendre conscience de son existence. La folie faisait maintenant totalement partie de l’esprit d’Elora ; mais ça, elle le contrôlait. Même si elle n’avait que 8 ans.

Eddy et Teddy, les jumeaux, l’aimait beaucoup. Surtout Eddy. Teddy était souvent avec Audrey, la jeune fille blonde et timide. Elora était bonne élève, calme et bonne travailleuse. Elle gagna un peu de fierté de la part de ses parents et de sa maîtresse, qui s’occupait énormément d’elle. Elle, elle connaissait les « problèmes » d’Elora, mais elle ne montrait aucuns signes de peur quelconque. A la fin de sa quatrième année, Eddy l’emmena dans un coin dit « secret » et il l’embrassa. C’était mignon, mais Elora ne comprenait pas ; pour elle, le mot « amour » n’était juste un mot, et elle ne ressentait rien. Mais elle aimait bien Eddy, alors elle s’amusait avec lui, elle lui faisait aussi des bisous, en délaissant le reste du groupe. Mais cela ne dura que quelques temps, Eddy reprenant son statut de casse-cou et de voyous avec son frère.

Les années passaient si vite que sa dernière année en primaire lui claqua au visage violement. Elle avait 11 ans, et elle était devenue une jeune fille très mignonne. Ses cheveux blond, presque blanc descendait jusqu’aux hanches, une fierté pour elle. Audrey était devenue sa meilleure amie, et Eddy et Teddy s’étaient calmés et draguaient toutes les filles. Elle ne connu quasiment aucune crise sur les dernières années, même chez elle. Une « paix » qu’elle savait éphémère s’installait, petit à petit, et elle en profitait. Car elle savait, au fond d’elle, que du jour au lendemain ses crises pouvaient redevenir aussi violentes qu’avant. Depuis qu’elle fréquentait le primaire, elle n’avait eux en tout qu’une dizaine de crises, souvent quand elle se retrouvait seule. Cela la rassurait, car elle ne voulait pas que ça se sache. Elle perdrait tout ; Audrey, Eddy, Teddy, la fierté de ses parents, sa « liberté » … Elle écrivait, toujours. Elle parlait, à Elanor. Mais c’est tout. Elle ne voyait plus de psy, plus de médecin. Mais que serait le monde sans sa chute aux Enfers ?

Dernier jour. Elora était dans la cours, elle attendait ses amis, dans son coin. Un garçon s’approcha, peut être d’un peu trop près. Mais elle ne dit rien. C’était l’un des deux cas de l’école, un garçon violent et foncièrement méchant. Il tenta de lui faire mal en lui saisissant le bras. Elora ne bronchait pas, la tête baissé tout en essayant de se la vider. Puis il la jeta au sol. Il était juste un peu trop violent, et elle se cogna la tête. Il était juste un peu trop tard ; la crise commença.

Elora se réveilla, et elle savait déjà qu’elle allait revivre un épisode similaire à celui de ses 7 ans. En pire. Elle n’avait plus 7 ans, mais 11 ans. Sa force et ses « capacités » étaient plus importantes. Sa tête avait simplement été arrachée de son corps. Le sang la couvrait, de la tête aux pieds. Elle vit Audrey, Eddy, Teddy, qui la regardaient, parmi la foule qui entourait la scène. Des cris, venant de loin. Elle savait que c’était foutu. Elanor n’avait fait que ce qu’elle jugeait « juste » en l’aidant. Elle comprit qu’à partir d’aujourd’hui, Elanor était la seule qui pouvait la comprendre ; elles étaient si semblable. Elle plissa des yeux en direction de ses amis, un sourire sur son visage, puis le trou noir. Rideau.

Five : Teen Time

« Cher journal. Je ne pensais pas que mon cahier se finirait aussi vite. J’ai 12 ans aujourd’hui, et je vais enfin réintégrer une école. Depuis l’affaire du primaire, je n’ai pas mis le nez dehors. Puisqu’on est en Octobre, il doit faire froid. J’espère qu’Elanor ne craint pas le froid, suis-je bête, bien sûr que non, elle est comme moi. Je prendrais un gilet, au cas où. Les médecins arrivent, sûrement encore la piqûre, j’ai le bras qui enfle à chaque fois et c’est si douloureux … »
-Elora, 12 ans, Octobre XXXX

Depuis le meurtre involontaire qui s’est déroulé dans son école, Elora était seule, dans une chambre blanche, immense et immaculé. Elle n’avait rien d’autre que son journal et un stylo, ses mains attachés au lit mais pas assez pour qu’elle ne puisse écrire normalement. Mesure de sécurité, parait-il, car ne sait-on jamais, elle pourrait s’en prendre aux infirmières … Elora ria toute seule, s’allongeant et posant son bras sur le bord du lit d’hôpital, ses yeux fixant le plafond en imaginant la tête de ses parents et de la police si elle était encore surprise en train de tuer quelqu’un… Elle finissait par en rire, car la dépression n’était pas loin, les scarifications sur ses poignets en témoignait. Qui dit que les liens autour des poignets ne peuvent couper ? Elora lui parlait dans son sommeil, l’empêchait de se faire du mal. Elle savait, au fond d’elle-même, que c’était inutile et surtout trop tard. Mais qui ne tente rien n’a rien. Pourtant, ses parents venaient régulièrement, et lui parlaient avec un ton tout à fait normal, malgré la fatigue qui se sentait dans leurs voix. Le jour de sa sortie, soit trois ou quatre jours après son anniversaire, ses parents lui demandèrent ce qu’elle voulait comme cadeau d’anniversaire ; cela faisait longtemps qu’elle n’en avait pas eut.

« Alors ma chérie, qu’est-ce que tu veux ?
-Mmh … Deux peluches. Un lapin blanc et un ours noir. Et …
Oui ma chérie ?
-Tu pourrais me faire de jolies mèches violettes ? Comme ça mes cheveux ressortiront dans cette pièce. »

Elle avait encore toute sa tête ; mais ses parents pensaient qu’elle était devenue vraiment folle. Le lendemain, elle sortait du coiffeur, cheveux coupés, couleurs faites aux pointes, Candy son lapin blanc dans une main, et Skull son ours noir sous son bras. Elle les aimait beaucoup ; mais Skull était surtout la peluche de Elanor, car elle avait pensé à elle, c’était aussi son anniversaire. Douce Elora, tendre Elora, dommage que la Schizophrénie est fait de toi le monstre du quartier.

Elle réintégra un collège/lycée très éloigné de sa ville, pour éviter les « fuites ». Ses parents souhaitaient qu’elle arrive sans que personne ne connaisse son passé, tâché de sang à présent. Dans son collège, les élèves se battaient pour être les meilleurs ; elle, elle se battait pour ne pas réduire l’école en cendre. Bonne élève de nature, les autres ne l’aimait pas. Ou pas trop, certains plus « timides » l’approchaient car elle était d’un calme très naturel. Elle passa ses années de collège à zigzaguer entre l’école, les tests chez des « spécialistes » pour essayer de trouver une solution, quelque chose contre ça, comme sa « maladie », et la rue. Oui la rue. Elle s’amusait à rester dehors, au bord d’une route, d’un passage piéton, sur le trottoir en observant les gens qui passaient. Elle pouvait faire ça toute la nuit mais ses parents finissaient toujours par la trouver ; et ils ne disaient rien, par peur ou parce qu’ils savaient qu’ils la retrouveraient toujours Elora ne sait pas, et elle s’en fiche. C’est dans la rue qu’elle rencontra des gens, plus ou moins honnêtes, plus ou moins sympa, mais qui en tout cas lui apprenaient des choses qu’elle ne connaissait pas. Surtout sur le « monde adultes » et toutes les choses plus ou moins « perverses » qui l’entouraient. Elle riait beaucoup avec eux. Elle n’avait que 13 ans, mais très vite elle perdit sa virginité ; traîner avec ce genre de personnes avec des idées déplacées finissait souvent dans ce schéma. Mais Elora s’en fichait, car c’était Elanor qui vivait surtout –A sa place- les moments où elle allait voir la bande. Elanor et même Elora développèrent un côté de leur personnalité qui bouleversa ses parents ; la perversité. Sous toute ses formes.

« Aujourd’hui, je me suis encore retrouvé toute seule avec James ; je ne l’aime pas trop et Elanor non plus, car il nous fait beaucoup de mal. Elanor songeait à le tuer mais Maman et Papa ne seraient pas d’accord même si ils savaient ce qu’il nous fait. Et puis, au fond il n’est pas si méchant, j’ai de la chance d’avoir des amis aussi libres et gentils, j’ai peut être même trop de chance. »
-Elora, 14 ans, Décembre XXXX

¤¤¤

« Aujourd’hui, c’est moi qui écrit. Elora dort, et cela vaut mieux pour elle. Ce qui suivra dans cette soirée, elle ne le supporterait pas. Son corps, oui, mais son esprit non. Elle exploserait et finirait comme un gros légume. Et je ne veux pas. Moi je vais m’éclater, je lui raconterais après, mais peut être pas en détails, sinon ça ne vaut pas la peine de prendre sa place. Je laisse Skull ici, je ne veux pas le souiller, pour nous, c’est trop tard. »
-Elanor, 14 ans et demi, Mai XXXX

¤¤¤

« Aujourd’hui, j’ai joué toute la journée avec Candy et Skull. Et Elanor bien sûr ! Je suis enfermée chez moi. Mes parents ont découvert le cadavre du chien du voisin dans nos poubelles, Elanor a encore fait des bêtises, c’est terrible ! J’aurais préféré qu’elle se défoule sur moi, en plus elle le sait très bien. Heureusement que Candy et Skull sont là, ils l’apaisent, elle aime beaucoup les peluches comme moi. En ce moment je me sens très fatiguée et je vois des marques apparaître de plus en plus chaque jour, et je ne sais pas d’où elles viennent. Elanor m’assure que ce n’est pas en rapport aux soirées où elle se rend avec moi, et je la crois. Je suis vraiment crevée, je pense m’arrêter là, et Candy me dit qu’il faut que je me couche pour aller mieux. Oui, mieux. »
-
Elora, 15 ans, Octobre XXXX

Son journal s’arrêtait là. Sa vie a été là même, jusqu’à ce jours. Ce jour fatidique. Elle rentrait chez elle, après avoir vu la bande, comme chaque jour maintenant. Parfois, Elanor voulait restée toute la nuit, et Elora s’y pliait. Et s’y plaisait. Elle monta les escaliers, en appelant ses parents. Malgré toutes ces écarts, ses parents l’aimaient, profondément. Ils s’occupaient d’elle quand elle était là, essayaient de la calmer lors de ses crises, bref, une routine mais avec encore des sentiments perceptibles dedans. Mais ce jour là, elle ne reçu pas de réponse. Et Elora a eut peur. Elle pensait qu’il était partit. Pour de bon. C’était finit, une fille pareil, un boulet pareil, ce n’était pas supportable, ça ne l’était plus.

Elle monta quatre à quatre les marches, et se précipita sur son lit pour pleurer. Elle attrapa Candy, Skull, et jeta tout dans un sac à dos, avec son journal. Elle sortit, en courant, et monta le long de la rue pour arriver aux quartiers des Immeubles. Elle couru dans les cages d’escaliers du premier immeuble, peu importe. Plus rien n’importait. Elanor la poussait en lui disant qu’elle avait raison ; elle l’avait souillé. Elanor pleurait pour l’une des première fois, et Elora entendait ses pleurs résonner dans sa tête. Elle arriva sur le toit, il faisait froid cette nuit là. Elle prit son temps pour respirer, s’allongeant sur le toit, les bras bien étendus. Elle resta ainsi, quelque minute, puis se releva plus péniblement. Le bord. Elle voyait le bord. Elle s’approcha, doucement, et retira ses chaussures. Ici, en Irlande, il faisait bon. Bon vivre. Tant de lumière en dessous d’Elora. Elle mit son sac, se tenant debout sur le rebord. Elle ferma les yeux, ses larmes coulaient le long de ses joues rondes et froides. Elle se les frottas, et une vois en elle lui dit : « Vas-y ».

Elora ne pouvait pas savoir que ses parents étaient partit lui acheter un cadeau. Un cadeau de Noël. Elle ne pouvait pas savoir que ses parents l’aimaient, et que c’est pour revenir qu’ils étaient partit.

Elora sauta. Mais elle ne pensait pas tomber dans un trou noir, humide et froid.


« Ce voyage n’est que le commencement. Le commencement de la fin. »
Famille ;
-Mère : Arwen Wish
-Père : John Wish

Groupe
; Assassin faussement innocente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
White Rabbit
Follow me
Follow me
White Rabbit

Messages : 267
Date d'inscription : 01/10/2009
Age : 27
Localisation : Dans vos cauchemars...Où d'autre?
Emploi/loisirs : Je suis en retard !
Humeur : Ca...Calmons-nous !


Identity .
R.I.P.: Corps disparu ; emmené par Alice. Aucuns souvenirs.
Relationship .:
Character Sheet.:

Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia} Vide
MessageSujet: Re: Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia}   Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia} Icon_minitimeVen 13 Nov - 0:54

    Oh my god... Ca c'est de l'histoire... A lire, impérativement si vous ne l'avez pas envore fait * *
    Elo? Franchement? Tu gère... J'ai meme pas vu les 8 pages filées... J'ai lu. C'était... De toute façon, j'arriverai pas à expliquer _ _
    Bref j'ai adoré. J'adore. Tu expliques vraiment bien, on comprend bien ce qu'il se passe dans la tite tête d'Elo... Bref, je pourrais continuer !
    Ta fiche étant juste magnifique, je te valide <3
    & Merci <3

_________________

      Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia} Icon4rabbit
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elora Elanor Wish
Into my World
Into my World
Elora Elanor Wish

Messages : 100
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 25
Humeur : Come On, Elanor, Come On !


Identity .
R.I.P.:
Relationship .:
Character Sheet.:

Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia} Vide
MessageSujet: Re: Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia}   Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia} Icon_minitimeVen 13 Nov - 9:51

My bunny-Chan ! <3
Contente que ma fiche (Surtout mon histoire) te touche autant *_* J'uis contente ~

Merci beaucoup beaucoup j'promets de faire pliens pliens de RP tout bien >o<
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emu Osamaru
Gakisama
Gakisama
Emu Osamaru

Messages : 51
Date d'inscription : 13/11/2009
Localisation : Not far from the old man's killer
Emploi/loisirs : Speaking player
Humeur : lucky lucky days ^^


Identity .
R.I.P.:
Relationship .:
Character Sheet.:

Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia} Vide
MessageSujet: Re: Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia}   Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia} Icon_minitimeVen 13 Nov - 14:36

Whaaaa...
J'me permet de poster un tout petit message.... juste pour dire que ta fiche en met plein les yeux *_*
Le lapin a raison... c'est beau *o*
Chui mega fan, vraiment... et si jamais tu rp tout plein... et si jamais je suis validée... je serais extrêmement honoré de pouvoir rp avec toi *_*
Whaaaa....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elora Elanor Wish
Into my World
Into my World
Elora Elanor Wish

Messages : 100
Date d'inscription : 07/11/2009
Age : 25
Humeur : Come On, Elanor, Come On !


Identity .
R.I.P.:
Relationship .:
Character Sheet.:

Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia} Vide
MessageSujet: Re: Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia}   Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia} Icon_minitimeVen 13 Nov - 15:46

Yosh !
Merci c'est trow trow trooow gentiiil ! >//< J'pensais pas que ça toucherait autant de monde ça me surprend beaucoup Oo

Avec plaisir Emu-Chan ! J'ai déjà commencé à lire ta fiche et j'aime ! Prend ton temps pour la finir pour qu'elle continue à être aussi bien et j'ai hâte de RP avec toi ! =D
Encore mercii !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emu Osamaru
Gakisama
Gakisama
Emu Osamaru

Messages : 51
Date d'inscription : 13/11/2009
Localisation : Not far from the old man's killer
Emploi/loisirs : Speaking player
Humeur : lucky lucky days ^^


Identity .
R.I.P.:
Relationship .:
Character Sheet.:

Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia} Vide
MessageSujet: Re: Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia}   Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia} Icon_minitimeVen 13 Nov - 16:43

*heureuse*

Je finis ma fiche dans le week-end
(hé hé hé, en fait je l'ai finis mais j'ai pas eu le courage de la poster ce matin =3=', ta fiche ma tellement inspiré que j'ai passé toute la nuit à écrire ^^')

Je l'envoie surement demain soir et après place aux rps ! >3
Merci à vous madame
Oui merci mille fois pour votre attention T3T

c'était l'instant méga fan... X3
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia} Vide
MessageSujet: Re: Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia}   Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia} Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas
 

Elora Elanor WISH {Welcome to Schizophrenia}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{W}o.n.d.e.r Nightmare } * :: Once Upon A Time ... * :: Fiches de Présentations. * ::  Présentations Validées. *-