AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ignorer quelqu'un fini toujours par vous retomber dessus. [Pv: Madi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
France
Cheek with me ♠
Cheek with me ♠
avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 27/12/2009
Age : 92

Identity .
R.I.P.:
Relationship .:
Character Sheet.:

MessageSujet: Ignorer quelqu'un fini toujours par vous retomber dessus. [Pv: Madi]   Mer 13 Jan - 22:52

Une sucette à la bouche. Les yeux regardant le ciel. Une peluche de chat qu’elle tenait d’une main faiblarde. Sa nouvelle vie. Elle n’en était pas vraiment consciente, qu’un jour elle avait eut une toute autre vie, dans un tout autre monde, ou elle avait passé quatorze années à ne rien faire, restant dans un lit d‘hôpital, observant la vie qui lui passée sous ses yeux. Maintenant elle pouvait marcher, courir, sauter. Elle n’avait aucun souvenir de sa vie passée et dans un sens c’était mieux pour elle. Elle errait à présent dans Wonder Nightmare et elle s’amusait.

France. Un goût de fraise et de citron. Des feuilles mortes qui craquaient sous ses pieds. Une légère brise qui éparpillait son parfum dans tous les environs. Elle comptait se rendre sur le territoire du chapelier fou, elle n’avait rien à faire et elle voulait aller le taquiner un peu. Elle espérait qu’il soit là. Sinon elle serait venue pour rien. Mais bon. France avait ce genre de pressentiment, qu’elle n’allait pas y aller que pour du beurre. Après elle pouvait toujours se tromper.

Elle releva la tête. Elle commença à voir un bout de la cheminer de sa maison. Elle était malheureusement éteinte. France pinça sa lèvre inférieure, mais continua quand même sa route faire le territoire de Mad Hatter. Peut-être que quelqu’un roderait dans le coin, elle voulait s’amuser et personne ne pourra l’en empêcher. France accéléra un peu le pas, elle n’allait pas jusqu’à courir, mais assez pour que ses avant-jambes brûlaient. Elle ne savait pas pourquoi elle marchait tout d’un coup plus vite, mais bon. Elle avait la démarche d’un enfant, tout content d’aller à la foire. La peluche de la jeune fille se faisait maltraiter par celle-ci, elle la balancé de haut en bas, de droite à gauche, à en faire vomir. Elle se plaignait, la peluche.

France, savait maintenant, qu’elle avait franchi le territoire de ce chapelier. Sa maison était une grande baraque, légèrement… Original. Elle n’était pas comme toutes les autres, carrée ou rectangulaire avec un vulgaire toit posé dessus. Nan, elle, elle était particulière, ni carré ni rectangulaire, avec un toit hors du commun. Je vous laisse imaginez. Je pourrai m’arrêter là, mais continuons un peu. France la bouche entre-ouverte, elle ne s’était jamais rendue sur ce territoire. Elle le découvrait. La blondinette contournait la drôle de maison et inspectait tous les moindres recoins, avec un petit sourire pour couronnait le tout. Elle balança sa tête en arrière comme si elle voulait regarder le ciel, mais elle tourna sur elle-même pour retomber, dans l’herbe fraîche qui venait lui chatouiller le visage. Fermant les yeux, elle respira une bouffée d’air. Était-ce au moins de l’oxygène qu’elle respirait ? Elle ne savait pas. Pour elle, France n’avait respiré que cela de toute sa vie de toute façon.

D’un coup elle rouvrit les yeux, se rappelant le pourquoi qui l’avait fait venir dans ce lieu. Embêter un certain chapelier ou autre personne qui se trouvait dans le coin. En se relevant elle alla tambouriner à la porte. Aucune réponse. La cheminée toujours éteinte. France regarda par un des carreaux de la fenêtre. Personne. Elle bouda un peu sur le coup, toujours devant la porte, les bras sur les hanches. Elle pouvait même jusqu’à taper du pied, s’énerver, tout démolir, mais n’allons pas jusque là. Elle soupira. Ce fameux pressentiment qu’elle avait eut, c’était révélé malheureusement faux. Se retournant, les yeux rivés vers le sol, elle décida de se laisser glisser contre la porte, pour enfin s’assoir. Elle voulait l’attendre, elle ne voulait pas vraiment rentrer bredouille. France voulait faire quelque chose.

Un bruit se dégagea, de ce fameux sentier. Quelqu’un venait ? Haa ! France avait retrouvé le sourire, mais ce n’est pas pour ça qu’elle se releva. Une silhouette noire commença à être visible. Sa démarche ne ressemblait pas tellement à celle du chapelier. Qui était-il ?


{Pas d'idée pour le titre O_O', si t'en as un à me conseiller dis le moi ; )}


Dernière édition par France le Jeu 14 Jan - 23:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Madigan Anders
" hey dude, what's up !? "

avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 08/11/2009
Age : 23
Localisation : Une clope, une clope !
Emploi/loisirs : GYAHAHAHA, ET PAF LA GRAND' !
Humeur : En manque de nicotine, FUCK OFF


Identity .
R.I.P.: Corps entretenue dans un hôpital de Tokyo. Coma profond. Sequelles physiques.
Relationship .:
Character Sheet.:

MessageSujet: Re: Ignorer quelqu'un fini toujours par vous retomber dessus. [Pv: Madi]   Jeu 14 Jan - 21:55

( je propose : Ignorer quelqu'un fini toujours par vous retomber dessus )

Tout avait commencé avec une sombre histoire. La situation initiale avait pris place au bord d’un lac, dont les flots apaisés laissaient entendre par intermittence de long gémissement lugubre. Sur les rives de cette eau trouble, où se dressait une forêt prisonnière de l’ombre, un garçon s’était installé pour faire griller une poignée de schtroumpf chimiques en discutant avec un étrange croisement entre une chauve-souris, un chat, et un être humain.

En vérité, si on avait dû revenir au commencement, au véritable élément déclencheur de tout ceci, il aurait fallu remonter loin dans l’histoire du garçon en question. Découvrir son sombre passé, semé de meurtres et de violence. Pour découvrir le fin mot, il aurait fallu mettre à nu son… Addiction pour la nicotine.

Comprendre qu’à WonderLand, les cigarettes ne courraient pas les rues ( pour le peu qu’une cigarette puisse courir où que ce soit ).

Que ce type se droguait au tabac plus sûrement qu’un wawash se lâchait sur le teuch.

Et que l’hybride chauve-souris/chat/humanoïde bicéphale lui avait indiqué « le Chapi » comme seul être en ces terres sachant où se procurer les si vénérés bâtons de nicotines.

En résumé, le Chapelier avait de quoi fumer, et Madigan était en chemin pour lui arracher l’adresse, avec un paquet de clopes si possible.

C’est ainsi qu’il avait traversé de nuit une forêt fort peu accueillante, où bon nombre de bestioles l’avaient guetté avec un appétit croissant, puis une plaine déserte, puis un petit village, si petit qu’il passait inaperçu, où de charmantes personnes lui offrirent le gîte, le couvert, et des informations sur le pays.

C’est ainsi qu’il découvrit, avec plus de certitude, qu’une personne très proche de lui se trouvait certainement dans le coin, mais sans aucun souvenir de sa vie d’avant. Ce qui, en dehors des cigarettes, lui avait donné un autre but existentiel.

À présent, fort de l’espoir de trouver le fameux « Chapi » pour lui racketter sauvagement quelques clopes, ( ses poumons criaient au manque ), il s’aventurait sur un petit sentier dénué de toute vie si ce n’est un petit oiseau passant ici et une marmotte cogitant là, et qu’il aperçut bientôt derrière une bute une petite cheminée éteinte.

Madigan plaça ses mains en porte voie et commença ce qu’il intitulait « sa mission délivrée du ciel ».


- HÉ HOOOO CHAPELIIIIER, CHAPIIII, YEEEEEAHOOOOoooo…

Son cris se perdit dans la nature et n’obtint pour toute réponse que l’envole d’un oiseau, fort mécontent d’être dérangé par un si vilain cris. Tiens, se dit Madigan, je l’aurais bien bouffé, celui-là.

La maison lui apparut dans sa totalité et il s’engagea dans le jardin où était dressée une table en longueur entre deux futaies. Une tasse de thé et une théière y résidait, preuve que le Chapelier n’avait pas quitté sa demeure pour bien longtemps.

La bâtisse, à gauche, était de nature plutôt étrange, et assez indescriptible, pour tout dire. Madigan s’en approcha, notant la présence d’une fille sur le pas de la porte.

Elle était petite, au moins trois ou quatre têtes de moins, des cheveux blonds et l’air déçu. Il l’a snoba totalement, colla son nez contre la fenêtre. Personne à l’intérieur. Il étouffa un grognement, se retourna, se gratta la tête, grogna encore…


- Bon saaaaang, c’est pas vraiiii !!

Cris de désespoir, qui ne trouva pour seule source que France, demeuré devant la maison.

- Hey, toi !

Fit Madigan à l’intention de la demoiselle, pointant sur elle un doigt accusateur.

- Tu saurais pas où est le Chapi ? J’ai vraiment besoins de clopes, là.

Son air à la limite de l’agonie le prouvait de façon on peu plus véridique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ignorer quelqu'un fini toujours par vous retomber dessus. [Pv: Madi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{W}o.n.d.e.r Nightmare } * :: Zone Rp * :: « Wonder Nightmare. ::  La Maison du Chapelier Fou.-